Mon dernier raid de quadra avec ma douce

Après un petit week-end cheyre- pas cheyre sur lequel la patronne reviendra peut-être, et alors que Gaël Monfils vient de finir par se faire exploser par Nadal à Monte-Carl et qu'il pleut encore sur la Jarnagésie Méridionale, je vous propose un petit retour en arrière.

 

Juste après l'aube, ce samedi, vers 12h45, alors que la lumière diaphane du soleil peinait à faire émerger les toitures d'ardoise de la brume, ma dulcinée, le Multipla millésime 99 et moi-même quittâmes notre contrée, baskets aux pieds, guêtres aux mollets et le cœur vaillant (ça fait 20 jours que je prépare cette phrase ! Alors, pas de remarques SVP).

Nos destriers en pièces détachées bien calés à l'arrière, direction le (très) Proche Orient pour participer au petit RAC de nos amis de CAP 03 à Commentry.

 

Départ de l'étang de Néris-les-Bains dont la principale particularité est d'être situé dans …… un trou, on peut pas dire autrement (géologiquement parlant, s'entend, n'allez pas me faire dire du mal de mes voisins Rhônalpino-auvergnats).

Après avoir déposé nos VTT (remontés, j'vous rassure, on n'est pas nés de la dernière pluie quand même!), et avoir scrupuleusement écouté les consignes de Pascal, directeur de course du jour, c'est parti pour une petite montée qui débute le trail initial de 3-4km.

 

Pour l'occasion, ma coéquipière prend un départ, qui, sans être canon, me paraît un peu rapide à l'écoute de sa fréquence respiratoire. Comme je lui en fais part, elle se contente de lever le pouce avant de se jeter à grandes enjambées dans la descente tout en m'assurant que « même pas mal, j'force pas ! ». Trop forte !!

En fin psychologue et la sachant prête à me dire de fermer ma bouche, je n'insiste pas.

 

On retrouve nos montures pour la 2ème section qui débute par la même « petite » montée que le trail que nous franchissons sereinement……. à pied comme nos camarades.

2 options sur cette section que nous laissons de côté, la position VTT convenant nettement moins au dos de Sophie que la course à pied.

 

Retour à Néris au bout de 11km, mais sur le viaduc où on laisse les chevaux se reposer pour partir (en descente!! yes) sur la CO semi-urbaine autour du lac où on prend tout sans trop de problème à part un aller-retour au camping facilement évitable. Yvan, arrête de suivre les autres équipes comme un c.. !

photo: Eric Van Obbergen

photo: Eric Van Obbergen

La 4ème section est un road-book de 9km jusqu'à Commentry. Une petite erreur en suivant la même équipe que sur la CO (oui, je sais, quand je suis c.., je suis c.. longtemps)

Concentres sur la CO les Liolio

Concentres sur la CO les Liolio

Une petite rincée sur la fin nous coûte quelques minutes, le temps que Sophie trouve et enfile son K-Way puis se fasse mettre correctement son buff par un commissaire de course, et enfin retrouve le gant qu'elle avait perdu dans la manœuvre. Peut-être quelques progrès possibles sur ce type de transition.

 

On termine par la CO au score derrière le lycée de la chef à Commentry. Un azimuth à l'arrache (de ma part bien sûr) nous coûtera deux balises qu'on finit par lâcher. Sophie profite de ce que je fais le sanglier dans les parages pour faire un joli petit bouquet. Mais, le temps passe, on commence à fatiguer un peu et on laisse une dernière balise avant de rentrer dans les temps à l'arrivée.

Sophrac2

Après une bonne douche réparatrice bien chaude, vient l'heure du repas ou plutôt, devrais-je dire, du banquet, tant la variété que l'abondance des plats et liquides est impressionnante.

RAC3

Bien rassasiés, retour vers le (pas très) Far West que nous rejoignons après le coucher du soleil (« I'm a poor lonesome cow-boy……….. etc, etc)

 

Très bonne journée pour tous les deux, distance et niveau de difficulté très raisonnable pour ce qui nous concerne, sections courtes et variées, bref tout ce qu'on aime, sans parler de l'après course.

 

Un grand merci à Pascal et toute sa bande, je n'avais pas pu venir les autres fois, mais je conseille à tous d'essayer, que ce soit le petit ou le grand raid pour les plus gaillards.

 

Yvan

Les commentaires sont fermés.